Pourquoi ?

Les Sans Terre sont des paysans qui, dans les pays émergents, ont été dépossédés de leurs terres pour des raisons économiques, environnementales, politiques… Cette problématique d’accaparement des ressources naturelles (terre, eau, semences, forêts…) est représentative d’une réalité mondiale et menace aujourd’hui plus que jamais les populations les plus vulnérables (Amérique du Sud, Afrique, Asie), privées de leurs moyens de subsistance.

En France la situation des paysans est la suivante :
– Entre 2000 et 2010, une exploitation agricole sur quatre a disparu soit 200 fermes par semaine. Les terres sont alors souvent reprises par des exploitations voisines souhaitant s’agrandir. Conséquence, la superficie moyenne des fermes françaises a augmenté de 30 % en 10 ans tandis que le nombre de chefs d’exploitation a diminué de 20 %.
– Tous les deux mois, 1 300 hectares de terres sont irrémédiablement détournés de leur fonction agricole, l’équivalent de la surface de la ville de Paris. Les causes : l’étalement urbain, la réalisation de nouvelles routes et l’implantation d’industries…
– Le prix de la terre n’a cessé d’augmenter de manière extravagante (de 40% en 10 ans), en particulier à proximité des villes.
La pression financière est telle qu’elle ne permet plus la transmission intergénérationnelle des propriétés. Les plus courageux des jeunes agriculteurs s’endettent à vie pour acheter leur parcelle.
Source : www.terredeliens.org

En Inde près de 150 millions de petits paysans ont été chassés de leurs terres ancestrales ces dix dernières années.
Pour faire valoir leurs droits, le mouvement non-violent Ekta Parishad a organisé en 2007 « Janadesh » (verdict du peuple), une marche qui a réuni 25 000 paysans. Un accord avait été trouvé avec le gouvernement indien ; cinq ans plus tard, les engagements n’ayant toujours pas été tenus, une nouvelle mobilisation planétaire et au long cours est nécessaire.
Rajagopal, le leader d’Ekta Parishad, a débuté un périple d’un an. Il passe dans 300 districts sur les 600 que compte l’Inde.
Le point d’orgue de cette mobilisation est Jan Satyagraha (force de la vérité) : une marche non-violente qui, en octobre 2012, rassemblera 100 000 exclus, paysans sans terre, tribaux et intouchables. Ils marcheront sur 350 km, de Gwalior à Delhi.
Leur demande : la possibilité de cultiver une parcelle de terre pour accéder à l’autonomie alimentaire, le droit à vivre dans leur forêt et vivre décemment de leurs ressources naturelles. Cette marche constituera un événement historique, la plus grande et la plus longue action non-violente pour le droit à la terre jamais organisée. La reconnaissance du droit à la terre, le besoin urgent de remettre en question les paradigmes actuels de développement et l’élaboration d’une économie alternative, solidaire et non-violente sont au cœur de la lutte contre la pauvreté en Inde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s